Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques

Les enfants de manipulateur pervers narcissique

(article de Julie Arcoulin).

Avoir un parent Manipulateur Pervers Narcissique* laisse certaines traces. Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques se construisent, développent des stratégies de survie, s’adaptent face à ces parents dysfonctionnels. Voici une liste, non exhaustive, de certaines caractéristiques que l’on peut retrouver chez les enfants résilients. Il est évident qu’il ne faut pas forcément avoir eu un parent Manipulateur Pervers Narcissique pour les avoir. Celles dont je parle sont communes aux enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques que j’ai eu l’occasion de rencontrer.

  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques sont très attentifs à la cohérence entre les paroles et les actes.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques ne montrent rien de leurs émotions et sentiments.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques se sentent responsables de leur(s) parent(s).
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques ont les épaules larges et savent souvent gérer beaucoup de choses en même temps.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques ont tendance à culpabiliser.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques sont dans la sur adaptation.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques cherchent l’amour inconditionnel partout.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques pensent qu’ils doivent être parfaits pour se faire aimer.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques sont souvent des enfants “parentifiés”.
  • Les  enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques sont très résilients.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques  se sentent souvent redevables.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques doutent souvent d’eux-mêmes.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques  encaissent sans broncher.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques  sont en état d’hyper vigilance.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques  ont peur de décevoir, de ne pas être à la hauteur.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques  protègent leur parent(s).
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques  ont une faible estime d’eux-mêmes.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques  sont en perte d’identité, ont l’impression de n’être rien.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques ont parfois tendance à être anxieux.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques ont tendance à la rumination.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques tombent souvent dans la dépendance affective.
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques  affrontent les situations seuls (grand sens de la débrouillardise).
  • Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques sont de vrais garde fou pour leur parent défaillant.

Ce post est tiré de l’article de 

Je suis moi-même surefficiente mentale/haut potentiel/zèbre et ma mère est une Manipulatrice Perverse Narcissique donc je me suis aussi spécialisée dans le sujet. Julie exerce dans le Sud de la France, à Bruxelles, et via Skype. Pour ma part, j’exerce en Ile-de-France (à Levallois-Perret, à coté de la Porte Maillot dans Paris, pas loin des Champs-Elysées), via Skype, et aussi en anglais.

*Julie utilise l’expression “MPN”, c’est pourquoi j’ai mis une majuscule à “Manipulateur Pervers Narcissique”.

9 Comments on “Les enfants de Manipulateurs Pervers Narcissiques”

  1. Bonjour,on parle toujours des adultes MPN. Mais les enfants peuvent-ils l’être? Je n’ai rien trouvé sur le net pour les enfants. J’ai vécu cela pendant des années avec mon fils: harcelement moral et physique, tentatives de dévalorisation, crises de violences, agressions détournées en victimisations, etc… Avec l’âge cela va mieux mais pendant des années j’ai cru que je ne pourrais pas tenir le coup. Je m’en suis sortie parce que j’avais des outils de développement personnel, que je lui ai toujours montré que même si lui ne me respectait pas, moi, je me respectais. J’ai pris de la distance émotionnelle (pas affective!), j’ai observé, canalisé, contenu, essayé de comprendre et surtout développer une énorme patience. Car on peut quitter un parent ou un conjoint MPN mais pas son enfant! Et j’ai toujours cette pensée dans un coin de ma tête: “Ne va t-il pas reproduire cela avec sa future compagne? J’imagine qu’il y a d’autres parents qui vivent ça et pas grand chose pour les aider. mon fils a été suivi pendant 2 ans par des pédopsy. cela l’a aidé à prendre conscience que ce qu’il nous faisait vivre n’était pas “normal” comme lui le pensait! Même le dernier psy conscient que mon fils le manipulait et ne lui disait que ce qu’il voulait entendre a préféré arrêter les séances qui devenaient inutiles. Bref, un parcours du combattant semé de larmes, de fatigue et de profonde tristesse dont nous ne sommes pas sortis indemnes mon mari et moi. Mon questionnement maintenant qu’il a grandi(15 ans) et que ça va mieux est: était-ce une période de sa vie ou plus tard en tant qu’adulte sa femme ou ses enfants risquent de vivre cet enfer aussi?

  2. Ces articles sur les pervers narcissiques me donnent toujours froid dans le dos !!!!

  3. Nous sommes 3 enfants d’un couple de PNM.
    J’ai 60 ans. Je découvre que mes frères se comportent comme mon père ou ma mère après avoir observé attentivement leurs comportements respectifs ?
    Y-a-t-il quelque chose à faire ou n’y-a-t-il que la fuite ?
    Merci de votre réponse.

  4. Bonjour,
    Désolée – je ne suis pas Francophone, donc je m’excuse pour les fautes d’ortographe 🙂 Mon ex-mari et un PNM. Nous avons un enfant de 7 ans, et nous avons un garde altérné de 50/50. Je ne peut pas fuire, je suis obliger etre en contacte avec le pére de notre enfant. Cela est dévénu trés difficile…. Je me debrouille, moi meme, mais je vois comment la manipulation affect deja notre enfant et mon obligation est de l’aider. Mais comment le faire? Je ne peut pas dire de choses negative contre son papa… Si vous avez des bonnes suggestions, je vous remercirai!

  5. bonjour, je n’ai pas le temps débordant entre les consultations et les formations de donner des conseils par mail, et ca n’est pas quelques conseils mais un encadrement qu’il vous faut. Prenez rv sur doctolib en tapant hypnotherapeute, levallois perret, myriam roure. Bien cdt.

  6. L’origine de la perversion narcissique est multifactorielle selon les recherches cliniques les plus récentes. La genèse de cette pathologie est complexe et difficile à cerner. Cependant, tout le monde est (presque) d’accord sur la définition d’un pervers narcissique. Selon Racamier (1992) « Le mouvement pervers narcissique se définit essentiellement comme une façon organisée de se défendre de toute douleur et contradiction internes et de les expulser pour les faire couver ailleurs, tout en se survalorisant, tout cela aux dépens d’autrui.» Un pervers narcissique (PN) ou une personne atteinte d’un trouble de la personnalité narcissique est une personne (plus fréquemment les hommes que les femmes) qui a une image dévalorisante d’elle-même et qui se valorise en rabaissant les autres. Racamier ajoute que la perversion narcissique a une double fonction : « il s’agit pour le perverse d’assurer sa propre immunité par-devers le conflit et les douleurs de deuil, et de se valoriser narcissiquement (par rapport à des failles profondes et cachées) en attaquant le moi de l’autre et en jouissant de sa déroute ; cette déroute lui est ensuite imputée, ce qui fait que la jouissance perversive est toujours redoublée ». Autrement dit, c’est la mise à mort psychique de l’autre (la victime).

    Une des causes profondes de la perversion narcissique proviendrait selon la psychologie freudienne d’une carence dans le narcissisme primaire dès le stade oral. La construction psychique ou phylogenèse de tout individu se construit depuis sa naissance (et même avant) dans l’interaction avec son environnement. Ce qui fonde l’estime de soi, l’amour de soi et l’amour des autres, c’est la qualité des premières interactions avec son environnement familial.
    Dans un premier temps, La mère (biologique ou adoptive) devance les besoins de l’enfant. Le bébé ne ressent aucunement le manque. Durant cette phase et toujours selon Freud, le bébé et la mère ne font qu’un. Dans un deuxième temps, la mère apprend au bébé le manque, la frustration. Les biberons, la nourriture, les caprices ne sont plus satisfaits ou donnés à l’enfant immédiatement. A partir de cette étape, l’enfant intériorise la différentiation. Il n’est plus le centre du monde. Les autres « existent » et son désir immédiat devra « attendre ». L’enfant réalise que le monde n’est pas seulement fait de lui seul mais qu’il y a aussi les autres. C’est ce que Freud appelle le narcissisme primaire et secondaire. Par ailleurs, selon la théorie de l’attachement de Bowlby, un enfant a besoin du regard, de la stimulation, et de la proximité avec une figure d’attachement qui lui permettra de développer une relation d’attachement avec au moins une personne (parents ou toute autre personne) qui prend soin de lui de façon cohérente et continue. En général, le premier lien est établi avec la mère (ou père ou substitut) et est établi tout au long de la vie. En résume, l’enfant développe durant ses premières années de vie la notion de l’autre, l’empathie, l’amour de soi pour soi en parallèle d’autre développement comme la sécurité, le narcissisme secondaire et l’autonomie.

    Le PN (pervers narcissique) a recours à des mécanismes spécifiques de projection de sa propre pathologie sur sa victime pour se protéger d’une souffrance inconsciente qu’il n’a jamais appris à gérer, souffrance qui prend son origine, entre autre mais pas seulement, dans un narcissisme primaire défectueux en raison d’une carence dans l’attachement et dans la construction du châssis psychique au stade oral (incapacité de l’enfant de concevoir l’autre comme entité ou objet de valeur, pas ou très peu d’empathie) .
    La perversion narcissique a donc besoin d’un tiers manipulé pour se réaliser et pour combler le vide sidéral en amour propre et estime de soi . Ce tiers, qui peut être une personne, un groupe ou une société tout entière, a pour fonction de devenir l’hôte du venin ou du poison.
    Ajoutons que pour Jeanne Defontaine (2003), « si la névrose impose une perspective analytique centrée sur l’intrapsychique, la perversion sexuelle et la perversion narcissique posent le problème de la prise en considération de la dimension interpsychique. L’emprise narcissique du sujet sur l’objet est au cœur de la défense perverse. Ainsi, à la différence de la perversion sexuelle, la perversion narcissique témoigne d’une cruauté ou d’une malignité toute particulière ».
    De plus, un pervers narcissique est comme un sceau troué. Il a beau le remplir par la destruction de l’autre, son narcissisme n’est jamais satisfait. Une fuite irréparable malheureusement.

    La fuite n’est malheureusement pas toujours possible pour se libérer de l’emprise d’un pervers narcissique qui aura bien fait de « dépouiller » sa victime non seulement de son équilibre psychologique et de son estime de soi mais également de moyens financiers à même d’assurer une autonomie pour la victime.
    Selon Michaël LIZEN (www.marre-des-manipulateurs.com), l’expérience de plusieurs psychothérapeutes, psychologues et psychiatres montre que de nombreuses “victimes” restent avec leur pervers narcissique pour six raisons principales :
    1- La peur. La victime d’un pervers narcissique peut ressentir différentes peurs.
    Les principales sont : la peur du pervers narcissique lui-même (ses réactions, sa vengeance), la peur du regard et du jugement des autres, la peur de la solitude (devoir vivre seul), la peur de déposer plainte, la peur de perdre des amis, la peur de manquer d’argent,…
    2- L’amour. Deux sentiments contradictoires se mêlent chez la victime: la haine et l’amour. Il y a comme une addiction similaire à celle de la drogue. La victime veut partir et a également peur de perdre son amour.
    3- La honte. La victime peut avoir un sentiment de honte qui renforce son isolement et l’empêche de demander de l’aide. Ce sentiment est aggravé par le comportement du manipulateur qui est généralement très apprécié de l’entourage de la victime.
    4- L’argent. Au fil du temps, la victime est devenue dépendante financièrement du manipulateur pervers narcissique. D’où la peur de manquer d’argent si elle décide de partir.
    5- Les enfants. La présence d’enfants peut rendre compliqué de quitter un pervers narcissique (en particulier si la famille est une valeur prioritaire).
    6- Le manque de confiance en soi. La victime est souvent stressée, épuisée moralement et/ou physiquement, anxieuse, envahie par le doute et toujours avec une assez faible estime de soi.

    Qu’en est-il des enfants qui dépendent complètement ou en partie de leurs parents et qui souvent ont un sentiment de ‘devoir’ et de redevabilité ? Comment peuvent-ils gérer cette double contrainte de, d’une part souffrir du comportement d’un parent PN (qui ne cherche absolument pas le bonheur de ses enfants mais que les enfants ont du mal à concevoir- comment mon propre père ou ma propre mère me voudrait du mal??!! ) et d’autre part de lui devoir respect, loyauté et abnégation (sans parler de devoirs religieux envers les parents et la pression sociale) ? L’enfant est tiraillé, comme écartelé sur un tripalium. Tout son corps et son âme ne veut que libérer cette frustration mais son surmoi l’en empêche. En général, ces enfants finissent par se révolter ou développent des mécanismes de défenses propres pour se protéger de la douleur. Mais à quel prix ?

  7. bonjour Rachid et merci pour votre commentaire exhaustif. En effet, je compare les manipulateurs pervers narcissiques avec des vampires car à leur coté nous devenons exsangues. Je me souviens d une patiente pour qui son mari choisissait tout pour elle. Je l ai amené à un vendeur de glace en bas de mon cabinet afin qu’elle choisisse un parfum, elle ne savais pas lequel choisir tellement son mari manipulateur pervers narcissique régentait toute sa vie ! Je lui ai donc fait goutter différents parfums afin qu elle arrive à choisir. Il serait temps que le corps médical reconnaisse comme une psychose, et non comme une névrose la perversion narcissique qui cause de nombreux dégâts. Ayant été élevé par une mère manipulatrice à souhait, j’en sais quelque chose. J ai du couper les ponts tellement elle était mortifère et morbide afin de pouvoir survivre.

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à partager vos idées, cela me fera plaisir et cela peut aider d'autres internautes. Si vous souhaitez préserver votre confidentialité, il vous suffit de mettre un pseudo.

Tous les commentaires ne seront publiés qu' après vérification de leur contenu par le modérateur.