L’infidélité, comprendre ses causes et l’apport d’une thérapie conjugale pour le couple qui la vit

Thérapeute conjugal à Levallois

Cet article fait parti d’une suite d’article sur le couple et l’infidélité au sein du couple. Que vous soyez la personne infidèle, ou celle qui vit l’infidélité, le but de ces articles est de vous aider : soit à vivre une séparation quand elle s’impose, soit à repartir sur des bases saines avec une confiance à nouveau installée au sein du couple, afin que le quotidien ne soit pas invivable, mais à nouveau serein. Après une infidélité, des partenaires tentent de rester ensemble sans passer par l’étape essentielle : comprendre ses causes. Cette étape est nécessaire, sinon le couple finira tôt ou tard par se séparer. Parce que la personne trahie n’aura pas réussie, seule à pardonner, et car l’infidélité n’est pas le fruit du hasard, mais bien la conséquence d’une fracture au sein du couple, ou d’un problème personnel chez un des partenaire.

L’infidélité, ses causes :

Les besoins d’aimer, d’être aimé, et de reconnaissance font parti des causes de l’infidélité

Les causes de l'infidélité et l'apporte de la psychothérapieCela peut paraître choquant pour la personne qui subit l’infidélité, mais parmi les causes d’une infidélité, le thérapeute de couple entend parfois une recherche de satisfaction sexuelle, souvent le besoin d’un nouveau souffle, et encore plus souvent, une recherche d’amour et de reconnaissance. Quand j’écoute les personnes tristes se confier à moi, et répondre à ma question : « Pourquoi avoir fait durer la relation alors que vous saviez que vous alliez prendre le risque de perdre la personne que vous aimez, et que vous en souffrez maintenant ? » la réponse est souvent : « je me sens (ou sentais), respecté(e), écouté(e), j’ai (ou j’avais) retrouvé des aspects de ma personnalité que je ne voyais même plus, je me sens libre, je ne me sentais enfin plus jugé(e), et je me sens (ou sentais) dynamisé (e) ». Bien sûr, les personnes évoquent aussi un sentiment très fort de culpabilité, et moins souvent, du déni, dont j’aurais l’occasion de parler lors d’un autre article.

Les causes de l’infidélité s’expliquent aussi par la version édulcorée du romantisme racontée aux enfants et aux ados

Lors de notre enfance et adolescence, nous avons été bercés d’illusions vis à vis du sexe opposé. En effet, les Conseil conjugal Levallois Perret sur l'infidélitéfemmes pensent avoir rencontrées le prince charmant qui les protégera et les hommes, la princesse charmante, douce et bienveillante. Dans les contes depuis notre enfance, on nous baratine avec un prince et un princesse qui se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Et après plus rien. Le romantisme rapporte beaucoup d’argent à la restauration, au cinéma, à la littérature et à la presse. Mais le romantisme fait aussi beaucoup de mal. Nous ne sommes pas préparés au choc de la réalité du couple, ou tout n’est pas tout rose, loin de là. Mais ça n’est pas une raison pour quitter le bateau, ou aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs, ce qui s’appelle fuir les réalités. Alors que ce sont des stéréotypes, que chacun compose avec ses angoisses existentielles comme il le peut, que l’autre n’est ni un pansement, ni une maman, un papa, voire un psy, tellement certaines personnes pensent que l’amour résoudra leur problème. Pour aimer il faut déjà s’aimer. Et pour aimer sur du long terme, il faut bien se connaitre, et se respecter afin de pouvoir respecter l’autre. C’est à dire qu’il faut avoir une belle image de soi. J’explique aux couples que j’accompagne que quand on est bien dans sa peau, on se voit comme un gâteau, et que le partenaire est la cerise sur le gâteau. Cependant trop de personnes ne s’estiment pas et voient l’autre comme le gâteau, et l’idéalise. L’idéalisation est la voix royale vers la désillusion.

Les désillusions et les déceptions : causes de l’infidélité

Comprendre l'infidélitéNous avons vu que parmi les causes de l’infidélité, le conseiller conjugal écoute les partenaires répéter leurs déceptions et désillusions vis à vis de l’autre  partenaire. En tant que conseiller et thérapeute de couple, une bonne partie de mon travail consiste à expliquer aux partenaires qu’ils peuvent faire le choix de ne plus être déçus et de ne plus prendre contre eux, le comportement naturel de leur partenaire. Comment ? En réalisant qu’ils ont projetés leurs attentes, leurs espoirs à un niveau parfois trop haut. Qu’un homme est totalement différent d’une femme: un homme attend qu’elle réagisse comme une amie le ferait, quand une femme ne s’exprime pas, et n’exprime pas ses besoins de la même manière qu’un homme. Réajuster ses attentes est le meilleur moyen de ne pas, ou ne plus être déçu. Et comprendre combien nous sommes différents et comment fonctionne le sexe opposé est la clé de la réussite du couple. C’est pourquoi, mon boulot consiste à apprendre ce qu’on n’a pas du tout appris à l’école, et que le thérapeute conjugal a un rôle de pédagogue. Lors d’une thérapie conjugale, on apprend beaucoup sur soit même, sur comment le même événement va être interprété par une femme et par un homme, et comment conjuguer nos attentes et interprétations. La méconnaissance du fonctionnement du sexe opposé est une des causes majeures de disputes au sein du couple ainsi que des divorces.

Le ronron quotidien versus l’état amoureux

Le ronron quotidien peut certes ne pas faire le poids, face à la nouveauté de l’état amoureux, qui est d’une telle puissance et fraicheur, qu’on peut le comparer à un ouragan, ou un état révolutionnaire. Mais au bout de quelques années, le même ennui et les mêmes problèmes reviendront. C’est un puits sans fond. Et croire que l’herbe est plus verte ailleurs, n’est qu’une fuite en avant. Un état révolutionnaire est un état ou l’on souhaite tout chambouler sans réfléchir aux conséquences, ce qui est bien, mais pas quand c’est trop répété, car nous avons aussi besoin de stabilité dans notre vie. Certaines personnes sont littéralement drogué(e)s à cet état amoureux. Quelle en est la cause ? L’état amoureux du début d’une relation peut être excitant pour certaines personnes, car il y a du nouveau, de la découverte et de la c’est une mise en danger soit aucun ronron, aucun ennui. L’état amoureux permet de jouer le jeu de la séduction qui est, pour certaines personnes fort agréable. Certaines personnes préfèrent séduire, d’autres être séduites, d’autres encore aiment les deux. Ces personnes ne sont pas en recherche de sécurité mais de nouveauté. Ce ne sont donc pas en général des personnes timides.

L’addiction à l’état amoureux ou à la passion, d’un partenaire, peut être la cause d’infidélités répétées

Infidélité, ses causes peuvent être une recherche de passion permanente.La cause de l’addiction à l’état amoureux du début des relations peut venir d’un besoin de se rassurer vis à vis de son pouvoir de séduction. Notamment vers l’âge de 50 ans chez certains hommes, avec le démon de midi. Le hic chez certaines personnes, c’est que ça n’arrive pas qu’à la cinquantaine, mais dès qu’elles ont l’impression d’avoir fait le tour de leur partenaire, car elles n’arrivent pas à passer de l’état amoureux à l’état de construction et de stabilité d’un couple : investir dans des projets communs. Les projets communs peuvent être : avoir des enfants, un achat immobilier, le partage d’un loisir, etc. Dans ce cas, la thérapie conjugale servira à réparer le couple, mais le thérapeute devra aussi avoir des compétences en thérapie individuelle pour accompagner le ou la partenaire addict à la passion, qui, de ce fait, a du mal à s’inscrire dans la durée, à apprendre à persévérer et à mieux vivre le quotidien. Car la passion ne peut durer éternellement, et ait souvent destructrice dans le domaine de l’amour.

La dépendance d’un des partenaires, peut conduire l’autre à étouffer et lui être infidèle

La dépendance qu’elle soit affective, émotionnelle, ou financière d’un des La dépendance affective peut mener à l'infidélitépartenaires vis à vis de l’autre peut finir par être pesant pour l’autre partenaire, qui peut avoir envie de plus de légèreté. De plus, le partenaire qui sécurise l’autre se sentant en terrain conquis, la relation a moins de saveur. Trop de personnes recherchent au travers d’un partenaire, un parent, voir un psy et s’appuient parfois lourdement sur l’autre. Une trop forte dépendance affective peut mener à de la jalousie, et parfois celle-ci est maladive au point que l’autre partenaire qui était pourtant sincère, finit par craquer et se dit que de toute façon, l’autre partenaire le croit infidèle, donc autant qu’il le soit, au moins il ne subira pas les affres de la jalousie pour rien. Nous nous devons chacun d’être notre propre assistance et notre propre autorité, donc d’être autonome. L’amour n’a rien à voir avec le besoin d’être rassuré sur un plan matériel ou un autre, mais trop de personnes confondent l’amour et la sécurité affective. L’autonomie passe par l’estime de soi. Une personne qui s’estime sait ce qu’elle vaut, elle n’a donc pas besoin de reconnaissance de l’extérieur. Chercher à construire son estime de soi au travers des autres est un leurre, vu que l’estime de soi est le regard que nous portons sur nous même.

Parmi les nombreuses causes de l’infidélité, il y a souvent l’arrivée d’un enfant

Couple infidélité, parmi ses causes, parfois l'arrivée d'un enfant.Tout comme nous ne sommes absolument pas préparés au couple, nous ne sommes pas non plus préparés à l’arrivé d’un enfant. Un enfant chamboule totalement le quotidien du couple. Il faut gérer la grossesse, les nuits blanches après l’accouchement, qui sont parfois digne d’un marathon. Et un marathon … ça se prépare.
D’une part, la partenaire peut être épuisée par la grossesse, par l’accouchement qui s’est plus ou moins bien passé, par les nuits blanches, puis, par son retour au travail ou parfois elle doit se donner à fond pour prouver qu’elle arrive à conjuguer sa carrière et son nouveau statut de mère, afin de ne pas se retrouver au placard ou voir sa carrière stagner, et d’autre part, le partenaire peut lui aussi être épuisé, si il s’est impliqué dans les nuits blanches, et à secondé sa partenaire pendant sa grossesse pour l’éducation d’un autre enfant, ou la gestion du quotidien.
Les deux partenaires, ou un des deux, peut donc, de part son état de fatigue, manquer de désir envers son partenaire, voir se sentir abandonné par celui-ci dans son rôle de parent qu’il gère seule. On sous estime souvent la fatigue de l’autre, vu que l’on n’est pas dans son corps ni dans sa tête. Il est donc compréhensible que dans cette configuration, le partenaire en souffrance accumule de la solitude et a besoin de réconfort. Et parfois cette personne trouvera de l’aide dans la gestion du quotidien avec l’enfant, ou pour son besoin de réconfort, auprès d’un autre partenaire.
De même, un parent peut se sentir délaissé parce que l’autre investira tout son amour dans l’enfant qui deviendra sa priorité. C’est plus souvent d’ailleurs le cas des mères, qui peuvent en oublier leur statut de femmes. Ces femmes une fois mères, deviennent désintéressées par le sexe, ou elles assument plus que leur compagnon, et trop entre leur job et la famille et n’ont plus d’énergie pour leur rôle de femme et en veulent à leur partenaire de les laisser tout gérer seule. Attention aux généralités, il arrive aussi parfois que ce soit l’inverse, et l’homme qui doit assurer seul sur tous les fronts, mais c’est plus rare.

Etre infidèle fait fonctionner l’économie et nous sommes donc sollicités à l’infidélité

Les sites de rencontre, les divorces, les ventes et les rachats de biensInfidélité, ses causes et l'apport d'une thérapie conjugale immobiliers, le fait d’acheter un cadeau et pour sa femme et pour son amante, ou pour son époux et pour son amant, tout cela fait fonctionner l’économie. La contre partie de la routine, vécue comme sécurisante, ou instruisante, pour les personnes plus passionnées en recherche d’adrénaline, et qu’être en couple, fait qu’en général, on sort moins, et on économise plus d’argent. Alors qu’être dans une logique de séduction et entretenir une relation infidèle peut couter de l’argent, entre les invitations au restaurant, les hôtels parfois, voir les invitations en we ainsi que les cadeaux. Nous sommes bombardés de tentations, entre l’hyper sexualisation des médias pour les parfums, dans l’industrie musicale hollywoodienne, et les sites de rencontres extra conjugaux se chargent de solliciter nos faiblesses.

Enfin, le model parental et les valeurs que l’on a reçu peuvent avoir un rôle dans un cas d’infidélité

Thérapie couple dans le 92Une personne qui aura été élevée dans des valeurs de fidélité aura plus tendance à être fidèle, alors qu’une personne ayant été élevé avec des valeurs d’individualisme et de liberté de la sexualité aura plus tendance à être infidèle, même quand elle tombera amoureuse d’une personne pour qui la fidélité est une valeur fondamentale du couple.
Mais encore, une personne ayant vécue avec des parents qui étaient souvent en conflit, voire, en conflit permanent, peut ne pas supporter les conflits inévitables qui arrivent au sein de son couple, et les fuir dans l’infidélité. Même si cela peut paraitre paradoxal cela ne l’est pas. Une personne avec le même passé, pourra elle reproduire les conflits dans son couple, car au lieu de s’être construite en opposition au modèle de ses parents, comme la personne qui fuira les conflits, cette personne, elle s’est construite dans le reproduction de ce modèle. De même, une personne qui aura eu un modèle de parent infidèle pourra soit développer une valeur de fidélité très forte, ou reproduire l’infidélité par loyauté familiale inconsciente envers son parent.
Chaque couple étant unique, il peut y avoir aussi, de multiples autres causes liées à l’histoire du couple, ou d’un des partenaire, notamment le désir de se venger de son partenaire, ou encore, avoir la naïveté de penser que ça va relancer la libido au sein du couple. Concernant la libido, cela peut être vrai les premiers temps, mais ensuite la personne infidèle peut devenir fidèle à son amant ou son amante et l’impact sur le couple, sera alors le contraire.

Les questions que l’on peut se poser quand on vite une infidélité :

Après une infidélité, d’autres questions que celles évoquées s’imposent à l’esprit des partenaires, voire deviennent obsessionnelles, telles que :
–       Continuer ensemble, ou se séparer, parfois l’un des partenaires souhaite rester, l’autre souhaite une séparation ?
–       Comment retrouver confiance en soi, en l’autre et dans la vie quand on est le partenaire qui a subit une infidélité ?
–       Peut-on pardonner une infidélité ?
–       Je souhaite lui pardonner mais je n’y arrive pas, j’y pense tout le temps, ça m’obsède, comment ne plus y penser en permanence et retrouver le sommeil et la joie de vivre ?
–       Nous souhaitons continuer ensemble, nous nous aimons encore, mais quoi que je fasse mon partenaire n’arrive pas à me refaire confiance, il stresse chaque fois que mon téléphone sonne, fouille dans mes mails, me harcèle de question, et ça n’est pas vivable.
Vous pourrez trouver les réponses à ces questions notamment dans les articles suivants, et bien entendu auprès d’un conseiller ou thérapeute de couple.

L’apport d’une thérapie conjugale après une infidélité

Le premier apport d’une thérapie de couple/conjugale, est la restauration du dialogue entre les partenaires

Thérapie couple, sur le thème de l'infidélitéUn dialogue apaisé et nécessaire pour pouvoir parler de l’infidélité calmement. L’avantage quand le couple est accompagné en thérapie conjugale, est déjà que chaque partenaire peut parler, sans que l’autre ne lui coupe la parole. Car un thérapeute conjugal, impose aux partenaire de ne pas couper la parole à l’autre, et redonne systématiquement la parole au partenaire qui a été coupé. Ainsi, le dialogue peut être réinstallé. Sinon, à force d’avoir la parole coupée, on finit par s’agacer mutuellement, par baisser les bras, ce qui ne résout rien. Il est très difficile de respecter la parole de l’autre partenaire après un tel conflit et les sentiments qui vont de pair avec une infidélité, tels que les sentiments de colère et d’injustice. Le thérapeute conjugal étant formé à l’écoute active, il apprend aux partenaires à le faire. La restauration du dialogue passe aussi, par instaurer à nouveau, quand cela est nécessaire, le respect entre chaque partenaire.

Le deuxième apport d’une thérapie conjugale est la compréhension de chaque partenaire du ressenti de l’autre 

Le thérapeute de couple explique le ressenti de l’autre partenaire. En effet, ce qui paraît évident pour une personne ne l’est pas du tout pour une autre. Voici un exemple concret : un partenaire qui a généré l’infidélité dit à l’autre : « je trouve indécent que tu ne me comprennes pas, puisque quand nous nous sommes rencontrés, tu as été ma maitresse ! » J’ai dû lui expliquer qu’il y avait un monde entre vivre, être acteur d’une infidélité (comme l’était sa partenaire au moment ou elle était sa maitresse), et la subir. Que le mot « indécent » n’était pas approprié mais au contraire très violent pour l’autre partenaire qui entend ça. Le fait de mettre un mot, qui est une interprétation : indécent, plutôt que d’exprimer un ressenti : « cela me fait du mal » par exemple, n’est pas la meilleure attitude à adopter pour restaurer du dialogue. Et qu’il vaut mieux exprimer une émotion : « je me sens indigné », plutôt que de juger l’autre : « ton attitude est indécente ».

Le troisième apport est que la personne qui subit l’infidélité comprend enfin, pourquoi son partenaire non seulement ne s’excuse pas, mais en plus la juge ou a un comportement non congrue.

Il arrive que la personne à l’initiative de l’infidélité ne ressente pas de culpabilité, et ce pour différentThérapie de couple, comprendre ses causes.es raisons. Cela peut paraître
totalement aberrant pour le partenaire qui subit l’infidélité. Alors pourquoi l’autre partenaire réagit t-il/elle ainsi ? Parmi les raisons de l’agressivité, du manque d’excuse et de reconnaissance de la douleur de l’autre face à une infid
élité, il y a souvent un mode défensif. En effet la personne infidèle se sent coupable mais ne veut pas le reconnaître ; que ce soit devant son partenaire ou elle-même, pour ne pas souffrir encore plus qu’elle ne souffre déjà et aussi parfois parce qu’elle se sent dans son bon droit, parce qu’elle s’est sentie délaissée ou malheureuse et c’est pourquoi elle est allée voir ailleurs. Même si cela paraît paradoxal, une personne qui vit une infidélité n’éprouve pas uniquement des moments de plaisir ou d’éclate. Elle traverse des moments de doute, de solitude, de culpabilité, de stress, et peut être perdue. La personne infidèle peut réagir avec colère quand on s’attend à du désarroi et de la culpabilité, parce qu’elle a parfois été infidèle par vengeance. Elle a tellement souffert, qu’elle a voulu faire souffrir l’autre. La personne infidèle peut aussi ne pas s’excuser, et à contrario être dans l’attaque, parce qu’elle a été infidèle par dépit. Elle s’est sentie déçue et blessée tellement de fois par son partenaire, qu’elle est tombée dans les mailles d’une personne qui a senti sa fragilité ainsi que ses déceptions et en a profité. Lui faisant miroiter qu’avec elle, la vie serait plus légère et plus belle, ou qu’elle n’a pas à se sentir coupable de se faire du bien, vu qu’elle souffre avec son partenaire actuel, qu’elle n’est pas heureuse, qu’on a qu’une vie, etc…

Le quatrième apport : le thérapeute conjugal déculpabilise le partenaire à l’initiative de l’infidélité

Thérapie de couple, l'infidélité comprendre ses causes, et le sentiment de culpabilitéContrairement à ce que nous avons vu dans le chapitre précédent, certains partenaires reçoivent en pleine face la douleur qu’ils ont fait vivre à leur partenaire, voire leur famille, et peuvent se sentir encore plus mal que la personne qui elle a subit l’infidélité.
Dans cette configuration, l’apport de la thérapie conjugale est l’accompagnement du thérapeute pour aider à ce que la personne qui a générée l’infidélité, comprenne pourquoi elle en est arrivée là, plutôt que de rester dans l’auto jugement, ne plus savoir quoi faire, ou dire, voire entrer en dépression, sous le poids de la culpabilité.
Même si certaines personnes affichent un déni, voire de l’arrogance après une infidélité, elles souffrent de ce qui s’est passé. Mais comme elles ne l’expriment pas pour gérer leurs accords avec leur conscience.
Cela n’est évidemment pas facile à accepter et comprendre pour le/la partenaire qui subit l’infidélité. Le thérapeute conjugal déculpabilise la personne en lui disant que ce qui est fait, est fait, qu’on ne peut pas revenir en arrière, et que donc mieux vaut l’accepter pour avancer, et réfléchir ensemble à pourquoi l’infidélité a eu lieu. En effet, si cette personne n’a trouvée que cette solution pour conserver son équilibre, c’est qu’il y a des raisons, des manques, des heurts, ou encore des besoins inassouvis au sein du couple. Ceci peut aussi être difficile d’admettre pour certains partenaires que l’infidélité puisse provenir non pas uniquement du partenaire infidèle, mais dans la majeure partie du temps, de la relation. Je précise bien en majeure partie, car il y a bien entendu des cas, plus rare, ou la relation va très bien, mais cependant un des deux partenaire souffre d’un manque d’amour ainsi que de dévalorisation depuis la petite enfance et ressent le besoin de se rassurer vis à vis de ses compétences, notamment sur le plan de la séduction ou de sa sexualité. Chez certains partenaires c’est même un puits sans fin, tellement le manque est ancré et la personne est en manque d’estime d’elle-même. Dans ce cas de figure, ce partenaire devra être suivi par le thérapeute pour construire son estime de lui, en parallèle des séances de couple, avec son/sa partenaire.

Soutenir le partenaire en souffrance est aussi le rôle du thérapeute/conseiller conjugal

Il  existe un décalage très fort au niveau des ressentis entre le partenaire quiThérapie de couple à Levallois Perret a généré l’infidélité et celui qui la découvre. Enfin en effet le partenaire à l’initiative de l’infidélité, lui sait et depuis le début, alors que l’autre partenaire découvre et parfois voit tout son monde s’écrouler. Le thérapeute conjugal devra donc aider le partenaire qui subit l’infidélité à retrouver confiance en lui/elle, et en la vie. Le partenaire trahi peut parfois voir sa conception du monde s’écrouler et se sentir désillusionner. Un partenaire qui vit une trahison peut en arriver à douter de son partenaire certes, mais aussi du genre du sexe de son partenaire (de tous les hommes ou de toutes les femmes). Le thérapeute conjugal, devra donc l’aider à ne pas faire d’amalgame, et lui indiquer que les situations n’arrivent pas par hasard. De même, la thérapie lui permettra de digérer les diverses émotions (dégout, humiliation, dévalorisation, tristesse, colère, rage, injustice, incompréhension, désir de se venger) que traverse une personne qui a été trompée, et à comprendre comment l’infidélité a pu s’installer dans le couple. Avoir des réponses à ces questions est en effet essentiel pour la personne qui découvre l’infidélité. La thérapie lui permettra de retrouver confiance en elle, en la vie et dans les autres personnes. Aussi étonnant que celaThérapie conjugale à Levallois, soutient personne qui subit une infidélité puisse paraître, certains partenaires se culpabilisent. Dans ce cas, de même qu’avec l’autre partenaire, le thérapeute indiquera que si les sentiments de responsabilités sont utiles ceux de culpabilité n’apporten
t pas un grand éclairage. Il vaut mieux réfléchir à pourquoi la personne se sent responsable de la situation plutôt que coupable. Et l’expression du remord fera plus avancer les choses que celle de la culpabilité. Il arrive aussi que le/la partenaire trahit s’en veuille de ne s’être aperçu(e) de rien. Le thérapeute en parlera afin de savoir si en effet, elle se le cachait, s’en doutait, ne voulait pas voir, ou si son partenaire a été habile, non pas forcément pour le ou la blesser mais la protéger et ne pas faire souffrir son partenaire et pour garder aussi parfois le confort de deux relations.

Enfin, la thérapie conjugale permet de soutenir la relation

Infidélité, quelle cause ? La thérapie conjugale pour soutenir la relation. La thérapie permet de comprendre ce qui s’est passé, ce en quoi cela est significatif sur le fait qu’il y avait forcément un décalage dans le couple avant que l’infidélité arrive. De même, elle permet de tirer les apprentissages du passé, afin de choisir de se séparer en bonne intelligence et dans le respect mutuel dans le cas ou il n’y a plus d’amour, ou de restaurer la confiance et le sentiment de sécurité dont ont besoin les partenaires pour pouvoir réinvestir la relation, pour ceux qui feront le choix de rester ensemble. Pour ces derniers, il est impossible de squeezer l’étape de réflexion qui amènera à comprendre pourquoi l’infidélité est arrivée, et comment faire pour repartir sur des bases saines.

Parmi les autres apports de la thérapie de couple :

– si le couple décide de se séparer, cela se fera en limitant la souffrance du partenaire qui subit la séparation, grâce au soutien du thérapeute conjugal

– le conseiller conjugal veillera aussi à ce la séparation se fasse en bonne intelligence sans acte de vengeance de part la personne trThérapeute conjugal à Levalloisahie et afin que les enfants soient le moins impactés de la décision des parents.

– si les partenaires décident de rester ensemble, il est possible de concrètement réinstaller la confiance au sein du couple, c’est tout le savoir-faire du thérapeute/conseiller conjugal, en accordant des moments d’écoute de la douleur, du désarrois, ou de la colère de que partenaire, seul avec lui, et lors de séance avec son partenaire.

– la présence et le rôle de médiateur du thérapeute ou conseiller conjugal impose que les partenaires ne se coupent pas la parole, et s’écoutent jusqu’au bout, ce qui est plus difficile à faire seul, le ressentiment poussant à imposer le besoin d’exprimer à l’autre sa souffrance et lui couper la parole

– la thérapie conjugale permettra aussi de faire ressentir à chacun des partenaires ce que vit l’autre. En effet ce qui paraît évident pour l’un, ne l’est pas du tout pour l’autre pour de nombreuses choses dans la vie et l’infidélité n’échappent pas à la règle. Nous avons chacun notre vision du monde et notre propre interprétation du même événement qui parfois ne correspond pas avec l’interprétation qu’en a notre partenaire. Dans le cadre de l’accompagnement que je propose aux couples, il y a justement la possibilité de passer des profils de personnalités, pour mieux apprendre à se connaitre soi même, et mieux comprendre son partenaire.

Autres articles sur l’infidélité :

Thérapie conjugale, l’infidélité
Comprendre d’où vient l’infidélité
Ressentis et constats d’un conseiller conjugal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11 Comments on “L’infidélité, comprendre ses causes et l’apport d’une thérapie conjugale pour le couple qui la vit”

  1. Excellent article Myriam …
    l’infidélité qu’ elle soit en pensée , physique ou les 2 à la fois est inévitable dans une vie …
    pour certains cela renforce le couple pour d’autre le danger est bien réel et une troisième catégorie un sport favoris et assumé  » ils veulent tout et de manière égoïste « …
    je dirai que si l’on veux progresser dans un couple c’est l’un des coups dur à affronter comme un mal nécessaire afin de réinitialiser les choses pour repartir avec une meilleur communication (et c’est le plus dur ) et la connaissance des désirs et rêves de son conjoint , oubliés et écrasés par une routine implacable !
    enfin dans dans tout les cas cela reste excessivement compliqué de reconstruire des sentiments amoureux sur des années parfois de laissé aller et il est vrai que voir ailleurs est tellement plus excitant pétillant et surtout facile !

  2. Bonjour myriam, je vous écris depuis mon téléphone ( j’ai lu votre article dans le TER ) bien que je sois d accord avec les cas que vous évoquez, je reste persuadé qu’être infidèle est volontaire (on ne tombe pas a l intérieur d un autre par hasard ). Si savoir surmonter une crise comme celle-là, par une thérapie conjugale est difficile, c’est bien moins dur de prendre rdv avec un thérapeute en amont pour ne pas en arriver là et je déplore de ne pas l’avoir fait !

  3. Bonjour Ben, je trouve l’expression ‘tomber à l’intérieur d’un autre’ très révélatrice et imaginée. Ne dit t’on pas d’ailleurs : tomber amoureux et les québéquois disent : tomber en amour pour une personne. Pour certaines personnes par contre, ça reste encore honteux ou la loose que d’avoir besoin d’un psy, surtout pour les hommes. Sachez que je le déplore car un bon psy fait ce métier par conviction profonde, par un besoin viscéral d’aider son prochain, et ne jugera jamais son patient et ses patients dans le cadre d’une thérapie conjugale. Reconnaitre que l’on à besoin d’aide n’est pas si évident, et pour un couple, et pour un homme, les femmes aussi mettent du temps avant de venir consulter, même si elles ne le vivent pas comme un échec et sentent que c’est pour progresser. Je dis souvent quand en soirée on me demande mon métier, que je suis éducatrice, pas de rue comme les professeurs, car certains en sont rendus là, mais de tout ce que les professeurs n’ont pas eu le temps de nous transmettre car l’académie leur dicte quand transmettre. Dans l’éducation y à l’apprentissage. Un psy qui travaille en thérapie cognitive et comportementale est avant tout quelqu’un qui transmet un savoir, qui donne des clés et de outils pratiques et utiles. C’est plutôt positif d’apprendre à se connaitre, à connaitre les autres, et ca n’à rien de péjoratif de consulter un psy de couple, ou un psy tout court, au contraire, c’est un gage d’intelligence. Ca démontre que la personne, ou le couple se prend en main, qu’elle, ou le couple à la volonté de s’en sortir, et y investi de l’énergie, du temps et de l’argent. Nous passons notre vie à apprendre. Comme le dit l’adage : on apprend à tout âge. Et oui les êtres humains sont ainsi fait qu’ils attendent souvent, que ça aille mal, et d’être devant le fait accompli pour agir, c’est fort dommage, car fuir ou pratiquer l’évitement (ou jouer à l’autruche) n’à jamais rien arrangé. Enfin, oui, comme je l’écrit l’infidélité n’est pas le fruit du hasard et a souvent des raisons multiples et fondées.

  4. Chère Myriam,
    Je trouve cet article particulièrement intéressant, car il aborde ce qui représente, aujourd’hui l’infidélité dans notre société, de façon pluri-dimensionnelle. Je pense effectivement que le fait de se perdre soi-même de vue, avec le temps, doit beaucoup jouer dans l’infidélité. Vivre à travers les yeux d’autrui… y être sensible au point qu’un jour on éprouve un bien-être incomparable, lorsqu’une personne semble nous voir tel que nous sommes, ou, tel que nous souhaiterions encore être à l’instant T.
    Ce que je retire de cet article, c’est que la reconstruction du couple est sans doute très délicate et à travailler avec pincettes sans pour autant construire de tabous…

  5. Bonsoir Myriam,
    Article très intéressant, révélateur du mal être actuel dans beaucoup de couples.
    Je me souviens d’une personne qui m’a dit un jour. Pourquoi aller voir ailleurs, dans quelques mois je serai assis sur ce même canapé, devant cette même TV avec les mêmes problèmes, mais j’aurais perdu l’être aimé à cause d’une infidélité.
    La difficulté principale est bien de se poser les bonnes questions au bon moment, de communiquer, et de se remettre en question au sein de son couple avant d’en arriver à un adultère ou une infidélité.

  6. Le couple est tellement complexe…L’amour l’est encore plus. Merci pour votre éclairage et ce long article qui à le mérite d’être fouillé et apporte des éclairages sur l’infidèlité, complexe elle aussi, et qui commet dans de ravages.

  7. Bonjour Benjamin, j’aime beaucoup votre expression : (on ne tombe pas à l intérieur d’un autre par hasard ), car en effet l’infidélité peut être vue comme une fuite, et une chute, ne dit on pas : tomber amoureux ?

  8. Très bon article. Je vis une situation d’infidélité et je travaille encore sur les raisons qui me pousse à l’être. Mon mari l’a découvert. J’ai quitté le domicile conjugal et les enfants. Je n’arrive pas à regretter ma relation adultérine mais je regrette la douleur causée à l’autre et la vie de mes enfants now. Et je n’arrive pas à me détacher de cette relation adultérine car je m’y sens bien même si je sais que lui aussi est marié. Bref, je vois bien que je suis entrain de détruire quelque chose pour pas grande chose…mais je me sens prise au piège

  9. Article excellent sur ce sujet délicat qu’est l’infidélité, comme toujours !
    Il m’a fait pensé au sondage effectué sur ce thème ou les sondés seraient plus enclin à pardonner si leur partenaire leur avait été infidèle avec un/e professionnel/le. La réponse la plus fréquente étant « ce n’est que physique, c’est plus facilement pardonnable, je ne peux pas considérer cela comme une infidélité. »

    Cela me fait me demander QUAND exactement commence une infidélité. Dès lors que l’émotionnel rentre en ligne de compte? A quel moment peut il être perçu comme un coup de canif dans le contrat moral qui unit deux personnes? L’infidélité peut avoir bien des aspects.

    Et je suis d’accord avec toi Myriam, consulter un thérapeute suite à une infidélité relève du courage et de la volonté de ne pas laisser une erreur détruire tout ce que l’on a mis du temps a construire. Surtout aujourd’hui où les relations sont devenues ce que j’appelle des « relations kleenex » (à la moindre « tâche » on le jette).
    Il est beaucoup plus facile aujourd’hui de faire ses valises et de partir que de rester et d’affronter les difficultés, et demander l’aide est faire preuve de discernement et de maturité.

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à partager vos idées, cela me fera plaisir et cela peut aider d'autres internautes. Si vous souhaitez préserver votre confidentialité, il vous suffit de mettre un pseudo.

Tous les commentaires ne seront publiés qu' après vérification de leur contenu par le modérateur.