Une thérapie pour qui et pour quoi ?

Une thérapie, pour quoi, et pour quoi ?

Une thérapie pour quoi ?

Une thérapie a pour but d’apaiser une personne en souffrance. Pour aller plus profondément dans les apports d’une thérapie, celle-ci permet au patient de se sentir soutenu et accompagné quand il n’en peut plus, se sent au bout du rouleau et qu’une épaule bienveillante et neutre est bienvenue. Une thérapie peut avoir plusieurs buts :

  • Se sentir reconnu dans sa souffrance en en parlant pour aller mieux
  • Retrouver des repères quand on se sent perdu suite à un événement qui a justement bousculer nos repères.
  • Comprendre pourquoi on continue de faire quelque chose de mauvais pour nous tel que fumer, grignoter, ou rester avec une personne qui ne nous respecte plus, mais pourtant on continue.
  • Mieux s’aimer
  • Se détacher de l’emprise d’un manipulateur.
  • Arriver à s’affirmer avec les autres, notamment en s’autorisant à exprimer des refus sans avoir peur du rejet
  • Se sentir inséré dans la société et non plus différent. Ou faire de cette différence un atout et non plus, un poids. Que cette différence ou ce poids s’exprime de partout, que ce soit dans la sphère sociale, personnelle ou professionnelle.
  • S’autoriser à exprimer ce qu’on ressent.
  • Ne plus ressentir de sensations désagréables, que celles-ci soient représentées par un manque, un malaise, de l’agressivité envers son entourage ou des frustrations.
  • Parce qu’on se sent épuisé, vidé, sans énergie

Une thérapie, pour qui ?

Pourquoi une thérapie ?

Une thérapie s’adresse notamment aux personnes qui ressentent un manque de confiance et/ou un manque d’estime, d’elles mêmes. Les personnes en dépression ou celles qui somatisent (un mal de dos par exemple dû uniquement au fait qu’on en puisse plus, ou qu’on porte trop), trouveront aussi du réconfort et un mieux-être en thérapie. La thérapie associée à de l’hypnose est facilitante lors d’accompagnement pour l’arrêt d’une addiction telle que le tabac, la drogue douce ou dure, le travail (work addict, burn out), l’alcool, l’ordinateur (incluant les yeux vidéos ou le porno), les achats compulsifs, ou le sport. Bref pour tout excès.La demande de suivre une thérapie peut venir de la personne elle-même ou du conjoint qui n’en peut plus de voir la personne qu’il/elle aime triste, toujours absente dans les cas d’addiction au travail, ou dépenser l’argent du foyer dans le cas ou la personne a du mal à refréner ses envies d’achat. Il y aussi des demandes sollicitées par le conjoint(e) pour cesser d’être jaloux (se) quand la personne en souffre et fait souffrir son entourage. D’autres personnes souhaitent suivre une thérapie, pour s’ouvrir aux autres, ne plus souffrir de solitude et sortir de leur timidité. Car pour elles les rapports relationnels ne sont pas évidents. La thérapie permet aussi, notamment par l’hypnothérapie de dépasser une phobie. Certaines personnes apprécient leur thérapie pour le soutien qu’elle leur apporte quand elles traversent une période difficile:  le deuil d’un être cher, une situation qu’elles ont perdu, ou quoi que ce soit de déstabilisant, triste et/ou angoissant. Enfin, la thérapie aide concrètement les personnes anxieuses ou émotives à relativiser et prendre du recul.

Comment se déroule une thérapie ?

Une fois la porte poussée et les présentations faites, un bon thérapeute saura installer un climat de respect mutuel et Thérapie Levallois Perretvous mettre à l’aise afin que vos séances soient un plaisir et non un stress de plus. Tout ce qui est dit dans le cadre d’une thérapie est strictement confidentiel. Etant aussi formatrice en thérapie je reproche à certains confrères d’imposer un rythme trop rapproché, ou au contraire, trop espacé entre les séances. Je considère que, bien entendu de par sa compétence, le thérapeute doit conseiller une fréquence au patient, mais le choix appartient avant tout au patient. En effet, certains patients auront besoin de plus de temps pour « digérer » leurs séances et mettre en application les conseils du thérapeute. D’autres au contraire, aimeront à aller vite ou vont trop mal au point de ne pouvoir venir que tous les quinze jours, ou une fois par semaine quant ils aimeraient venir deux fois par semaine, pour finir au plus vite. Donc un cadre de travail sera posé au début, sachant qu’il n’est pas figé : si les séances sont finalement trop espacées pour le patient, son thérapeute et lui pourront décider de les rapprocher ou inversement..

Ce qu’une thérapie ne permet pas

Les limites de la thérapieLa thérapie ne permet pas de prévenir des souffrances, c’est l’erreur que font les personnes confondant coaching et thérapie. En effet, en coaching on va bien et on veut aller encore mieux. En thérapie on va mal et on aimerait déjà aller bien ! La personne qui vient en thérapie a laissée trainer les choses qui se sont empirées. De même, une thérapie n’est pas suffisante lorsqu’une personne souffre d’une maladie psychotique. Elle pourra aider la personne psychotique mais en complément d’une psychiatrie ou d’un traitement adapté à sa maladie. Les maladies psychotiques sont l’autisme, la bipolarité ainsi que la schizophrénie

Différences entre coaching et thérapie

Un coaching s’adresse à une personne pro active et réactive, autrement ditDifférence entre coaching et thérapie à une personne qui sent qu’elle risque de perdre pied et devance les problèmes. J’ai régulièrement au cabinet des personnes qui viennent par exemple pour être accompagnées pour la perte de poids en coaching associé à de l’hypnose, qu’on appelle d’ailleurs hypnocoaching, ainsi que pour l’arrêt du tabac. Certaines personnes ont attendu longtemps et je dois alors traiter la perte de poids avec l’hypnose. Mais aussi l’estime d’elles-mêmes ainsi que leur confiance en elle. C’est donc une thérapie. D’autres, plus rares devancent le fait que prendre du poids va atteindre leur confiance en elle et viennent se dégouter du sucre et du gras très rapidement. Pour illustrer la différence entre un coaching et une thérapie, il en va de même pour l’accompagnement à l’arrêt du tabac par exemple. Des personnes n’attendent pas d’aller mal pour venir perdre le gout du tabac et être coachées, dans l’atteinte de leurs objectifs. Elles ont pris conscience que c’était mauvais pour leur santé et souhaitent passer à autre chose. Ceci est du coaching, contrairement aux personnes qui viennent parce qu’elles risquent un triple pontage. Là je dois traiter l’arrêt du tabac en urgence, mais aussi les peurs associées à l’opération, voir pire.

Une thérapie peut-elle se faire en complètement de consultation avec un psychiatre ?

Choix thérapie Levallois

Une thérapie peut venir en complément d’autres soins. Certains de mes patients, en dépression, burn out, bipolaires, ou schizophrènes, sont suivis pour une prise d’antidépresseurs ou d’antipsychotiques. Par leur généraliste dans les cas de dépression, ou leur psychiatre. Ces derniers aidant à traiter d’autres cas également.
D’autres patients sont suivis par leur psychanalyste et trouvent que les deux approches sont complémentaires. Le psychiatre est avant tout formé à sauver le corps, il a d’ailleurs fait médecine. Le thérapeute, le « psy », lui est avant tout formé à non pas sauver les fonctions vitales du corps : appétit, sommeil liés au moral, (car si la personne ne s’alimente ni ne dort plus, son diagnostic vital est en danger) mais à sauver le moral.

Chaque thérapie est-elle la même ?

Le thérapeute à bien sur une trame et des outils qui sont les mêmes : l’écoute Les différentes thérapiesactive, la reconnaissance de la douleur, la valorisation de ses compétences, la construction/reconstruction de l’estime et l’affirmation de sa confiance (en lui/elle). Chaque être humain possède un inconscient qui enregistre tout ce qui se passe en lui/elle, et il arrive parfois que notre inconscient nous joue des tours ou nous tourmente par le biais d’insomnies, de crises d’angoisse ou de somatisation. Par contre, chaque personne à une interprétation subjective de son vécu ainsi qu’un vécu différent de chaque autre personne. De même que oui clairement, il y a différentes écoles de thérapie, différents courants.

Exemples de thérapies pour ceux qui veulent les différencier

L’hypnothérapie souvent aussi appelée hypnose Ericksonienne
Les thérapies cognitivo-comportementales, dont la PNL
La thérapie familiale
La thérapie conjugale

Auprès de qui suivre une thérapie ?

Auprès de qui suivre une thérapie

Le choix du thérapeute est fondamental. Je vous invite à suivre votre instinct. En effet, de même qu’il y a autant de thérapies qu’il y a de personnes, il y a autant de thérapeutes qu’il y a de personnalités. Pour étayer mon propos, prenons deux peintres qui ont les mêmes pinceaux, et les mêmes ocres. En fonction de leur sensibilité et de leur formation sur le même sujet (par exemple : un thérapeute et son patient), ils ne feront pas  la même peinture. Il est capital que vous vous sentiez en confiance afin de pouvoir tout dire et vous confier véritablement. Et ce dans le but que le professionnel puisse vous accompagner.
Le gage d’une bonne thérapie dépend de trois éléments : la compétence du thérapeute, la régularité des rendez-vous du patient/son implication dans sa thérapie, et le lien de confiance entre eux deux. Dans l’espoir que cet article vous aura été utile …

Myriam Roure, psy Levallois

 

 

4 Comments on “Une thérapie pour qui et pour quoi ?”

  1. Nous sommes tous confrontés un jour ou l’autre durant notre existence à des problèmes personnels pouvant affecter nos émotions et entraîner une souffrance de soi pouvant toucher aussi collatéralement nos proches. Cette fragilité peut s’avérer néfaste si on se trouve dans une position de déni, en se disant que cela va passer avec le temps, ou tout simplement parce nous avons honte de cette fragilité et que nous gardons alors tout en nous car que nous n’osons pas en parler. C’est selon moi une erreur dans la mesure ou le recours à une thérapie m’à permis d’accélérer le processus de guérison. La thérapie m’à permis de diagnostiquer ce qui n’allait pas, puis de le réparer rapidement. L’avis neutre du thérapeute, avec son regard extérieur sur ma situation dont je n’arrivais pas à avoir le recul nécessaire m’a beaucoup aidé. Myriam m’à aidé à me sentir en confiance,en sécurité, le sentiment d’être écoutée sans être jamais jugée. L’union fait la force, nous sommes plus forts à deux que tout seul, d’autant plus dans une situation dans laquelle nous nous sentons démunis et sans solutions. J’aime comparer un thérapeute à un chef d’orchestre dans le sens où c’est le thérapeute qui mène la baguette certes, mais par contre c’est le patient qui nous aide en nous donnant le rythme pour qu’on arrive à mieux gérer nos émotions. De même, c’est au rôle du thérapeute que de nous écouter et se mettre à notre diapason pour éviter les fausses notes…

  2. Un article au combien utile tant sur le fond (la thérapie : pourquoi, comment…) que sur la forme (exprimer et différencier coaching et thérapie).
    La thérapie est une expression de soi salvatrice quant à mieux se connaitre, s’accepter et donc avancer. Si certains le font à travers l’art et sublime le ça ; bcp par peur de se confronter à leurs démons intérieurs préfèrent avoir mal et à fortiori faire mal aux autres..que d’aller faire une thérapie.
    « Ce n’est pas sal » bien au contraire mais il est fondamental de bien signifier de quoi on parle. Et vous le faites de manière si simple….
    Franchir la porte pour aller suivre une thérapie est en soi un pas fait vers une meilleure compréhension de soi. Mais il est important de se sentir à l’aise, en sécurité, apaisé par le praticien. Elle (la porte, l’écoute..) doit effectivement rester ouverte pour permettre à la personne de se sentir libre de s’exprimer et non être fermée et subit…la thérapie est une ouverture sur soi et rien qu’une ouverture sur soi…et c’est déjà un bienfait qu’on éprouve que peu si ce n’est jamais dans une vie.
    merci pour l’article sur la thérapie et continuez….

  3. Merci pour vos lumières afin de différencier les accompagnements en thérapie. En effet, lorsque nous sommes étrangers à cet univers, nous ne disposons pas des codes afin de comprendre vers quel processus nous devons nous orienter.

Laisser un commentaire

N'hésitez pas à partager vos idées, cela me fera plaisir et cela peut aider d'autres internautes. Si vous souhaitez préserver votre confidentialité, il vous suffit de mettre un pseudo.

Tous les commentaires ne seront publiés qu' après vérification de leur contenu par le modérateur.