Je tiens à remercier tous ceux qui ont eu la gentillesse de laisser un témoignage à la suite d’une thérapie ou d’un coaching. Si résoudre les conflits et améliorer le quotidien de mes patients ou accompagné un coaché à réaliser et atteindre un objectif, est déjà une belle reconnaissance, recevoir des témoignages me fait encore plus chaud au coeur.

Les témoignages des personnes ayant été accompagnées en coaching, en thérapie que celle ci soit conjugale, familiale, ou personnelle, ont été publié avec leur accord et en préservant leur anonymat

Si vous le souhaitez et que je vous ai apporté mon aide, ou que vous avez trouvé des réponses à vos questions sur  le site ou le blog, je serais ravie de recevoir vos commentaires, et si vous me l’autorisez je les publierai sur le site.

Formulaire pour déposer un témoignage

Sandra, Rambouillet
Bonjour Myriam, quand je suis venue vous voir j avais deux objectifs : choisir mon partenaire de vie, et concrétiser mon projet d entreprise. Aujourd’hui je me rends compte que j avais besoin de ce coup de pouce, de ces déclics et d’y voir plus clair. Professionnellement, je suis lancée car tout se met en place pour aboutir.  Des événements sur le plan personnels, comme vous me l’aviez indiquez, grâce aux prises de conscience liés à nos échanges, se sont concrétisés et m’ont permis de prendre ma décision quant à mon partenaire de vie. Donc merci. Je garde vos coordonnées précieuses, au cas ou la vie ferait que j’aurais à nouveau besoin de vos conseils, et vous recommanderai. Cordialement.

Nelly, Consultante Levallois-Perret

Merci à Myriam car avec son accompagnement :
– J’améliore ma communication avec les autres,
– Je change de point de vue sur moi (mes croyances qui étaient bloquantes…) et sur l’autre (pas de généralisations, pas d’interprétations, ni jugements,…)
Par conséquent, je progresse et donc me sens déjà mieux, après juste un mois, et je reconnais bien des avancées sur des périmètres que je ne réussissais pas jusqu’alors (mais ça, c’était avant!).
J’apprécie également le fait d’être tournée vers l’avenir : vers les objectifs, les souhaits, les résultats.
Les « recadrages » sont précieux, de vraies prises de conscience. Ça aide ! Je recommande!

Emilie, en Province

Avec toute ma gratitude et le respect que je vous porte pour vos créations. Votre voix est belle, douce et mélodieuse;c’est un plaisir. Affectueusement. Emilie. 

Marc, ne souhaite pas faire apparaître sa profession ni son âge, Paris
J’ai consulté Myriam pour 2 problématiques :

la confiance en soi, et retrouver de la positivité : 4 séances plus tard, cela va mieux même si les idées noires reviennent encore, mais j’ai la sensation d’aller mieux, et d’être plus « combatif »

arrêt du tabac : dernière cigarette avant la séance, j’ai jeté le paquet, et après la séance, plus d’envie d’en allumer une.
Cela fait 10 jours, c’est évidement encore précoce pour penser que c’est gagner, mais l’odeur de la cigarette me gêne, et je n’ai aucune envie quand je vois quelqu’un fumer, notamment après un repas, avec le fameux café.

Alicia, formation management, Reims, 42 ans
Merci de m’avoir guidée dans une période difficile de ma vie….J’avais essayé plusieurs solutions pour résoudre mes soucis de stress/anxiété (travail) sans aucun résultat; grâce à vous, j’ai finalement réussi à revenir à moi-même; Un grand merci, ça me fait du bien de savoir que des thérapeutes comme vous existent!
Cordialement,
Aude, auteur-compositeur-interprète, IdF, 35 ans

Après avoir bien ciblé les problématiques en me posant des questions précises lors des premières séances, je me souviens que lors des séances suivantes, l’hypnothérapeute m’a accompagné à me détendre en m’aidant à respirer profondément, à m’apaiser, ce que je n’arrivais plus à faire seule, je dormais mal depuis plusieurs mois, et je me sentais seule.
Sa voix étant une invitation au voyage, ce fut, à mon grand étonnement, facile de me détendre, Myriam Roure chante en dehors de son métier, et ça s’entend. Elle sait l’employer professionnellement comme un outil de travail en hypnose et c’était vraiment agréable de travailler sur mes problèmes tout en me relaxant et en bénéficiant d’une voix de qualité, car personnellement je suis sensible à l’écoute et la personnalité de la personne à laquelle je me confie, et je dois dire que Myriam Roure a répondu de loin à mes attentes.

Mme Roure m’avait conseillé d’écouter entre les séances d’hypnose, les CDs dont elle a elle-même écrit les textes et dont la musique douce et berçante a été réalisée par un compositeur professionnel. Le travail conjugué des séances d’hypnose avec elle, et d’auto hypnose grâce à ses CDs m’ont permis de trouver un sentiment de sécurité intérieur en moi que je cherchais depuis des années, de retrouver ma joie de vivre, de me positionner dans la vie vis à vis de mes parents ainsi que dans la société en générale, d’avoir enfin confiance en moi.

Sentiment que j’ai maintenant avec mon mari. Alors que nous étions devenus deux étrangers l’un pour l’autre, à cause des contraintes professionnelles et familiales avec les enfants, nous nous sommes retrouvés mon mari et moi. J’écoute parfois encore les CDs pour m’aider quand je traverse des périodes professionnelles stressantes, ils m’aident à prendre du recul.

 

Sandra. T

Je tiens par ce témoignage, à remercier d’une part le talent de Myriam ROURE et à la féliciter pour les résultats obtenus. Par son contact, sa voix, sa technique je me suis sentie tout de suite en confiance. Ses compétences plurielles (Hypnose, Somatothérapie, PNL, Intelligence Emotionnelle lui permettent de travailler à la fois sur le corps, le cœur et la tête. L’être humain a des ressentis, des émotions ainsi que des pensées, et sa pratique lui permet d’intervenir sur ces trois plans. Nous avons réussi ensemble à diminuer mes peurs, limiter mes compulsions (comme l’arrêt total de la cigarette alors que je fumais depuis l’âge de 15 ans), ainsi qu’à cicatriser des chocs émotionnels du passé. De plus, elle a réussi à optimiser mon potentiel et mes ressources. Le résultat est un meilleur sommeil, une meilleure gestion des émotions et de ma confiance. Je me sens plus forte dans tous les domaines de ma vie. Je ne la remercierai jamais assez de m’avoir aidée à gérer mon stress et à tirer le bénéfice de l’arrêt total de la cigarette. Je n’ai aucunes envies et aucunes tentations, et je me sens libérée de cette dépendance. Certain(es) de mes ami(es) qui sont allé(es) la consulter ont également vécu la réussite dans le dépassement de leurs problèmes, grâce aux CDs d’accompagnement ainsi qu’aux séances. Mon frère, a réussi l’arrêt de la cigarette également (consommation excessive de 1 paquet par jour depuis des années), par les CDs qui sont admirablement bien réalisés, je parle des textes, de la musique ainsi que de la voix. Les écouter régulièrement sont une concrète source d’énergie pour moi, je les écoute souvent le soir avant de m’endormir, ils m’apaisent et me boostent pour ma journée du lendemain. Je recommande son contact à vous qui lisez ce témoignage et ressentez le besoin d’être accompagné.

Valérie, infirmière anesthésiste au bloc opératoire

Je me sentais guidée, je sentais comme des mouvements de balancement, ma mâchoire était lourde, par moment ma bouche s’ouvrait, quand vous avez dit que je me sentais toute petite, j’avais l’impression de diminuer sur le canapé. Tout était fluide et se faisait simplement, dans la douceur. Je ressentais un bien-être intense, de la sécurité et de la chaleur. Quand vous avez parlé du nuage, et de bras féminins j’ai pensé à ma grand-mère paternelle plus qu’à ma mère, c’est avec elle que je parlais car elle était plus disponible que ma mère, et elle m’a donné des valeurs que j’aime transmettre à mon fils. Une image m’a marquée encore plus que les autres : quand je me sentais bercée, c’était comme si cela pansait mes blessures. Je pouvais prendre autant de temps que je voulais dans ces bras imaginaires qui m’accueillaient sans jugement aucun, et c’était bon de recevoir autant d’attention, de valorisation et d’amour. 

Pauline, ingénieur, Paris, vol d’avion pour l’ Irlande

Le vol s’est bien passé. Grâce à votre mail, j’ai pu me souvenir de nos techniques pour me faire rire, et ai eu l’idée de penser à plusieurs choses amusantes en plus de celles évoquées pendant nos séances, ce qui m’a aidée à me relaxer avant le vol. Durant le décollage, j’ai également écouté le MP3 Confiance en soi que vous m’aviez offert et cela m’a permis de dormir pendant presque tout le vol !
Je vous remercie donc beaucoup car j’ai réussi à ne pas du tout paniquer durant le voyage.J’espère que tout se passe bien pour vous. Je vous embrasse. Pauline

Yvan, régisseur, IDF, vol avion pour l’Indonésie

Je me rends à Levallois et je trouve rapidement l’immeuble où Myriam consulte. Il est vraiment agréable, l’appartement encore plus. La convivialité se ressent dans cet espace qui me repose dès mon entrée. L’atmosphère est reposante de l’activité de la rue, pourtant proche. La décoration est apaisante, les objets sont bien choisis et montrent une ouverture particulière à l’art et la détente. L’entretien commence de façon calme et détendue. Je m’enfonce dans un canapé qui semble avoir été créé pour m’accueillir. J’ai certaines fois du mal à ressortir ce qui au fond me gène, cependant l’attention et la patience du thérapeute m’incitent au bien-être. Des questions me sont posées pendant une bonne heure comme par ex., la sensation que j’éprouve lorsque l’avion accélère puisque j’ai la phobie de l’avion. Myriam me fait réaliser divers points pour mettre en confiance mes capacités, et j’approuve enfin que les pilotes qui nous guident ont de réelles dispositions à mener à bien leurs passager. Myriam note tous les petits détails de cet entretien afin de faire un suivi personnalisé lors des séances. Mes phrases s’emportent de plus en plus, je me sens en sécurité, et bientôt celles-ci se déversent comme un fleuve. Elle me demande de fermer les yeux et de se concentrer sur sa voix, qu’elle a fort douce et belle, ce qui est agréable. Une voix tout d’abord un peu lointaine qui se fait de plus en plus proche. La notion de temps se perd ici, tout comme l’espace. Les images mentales se font de plus en pressantes. Ses dictées vocales me projettent vers leurs valeurs symboliques. Tout contact avec la pollution urbaine est rompu. Ce voyage interpersonnel aura duré une demi-heure. Lorsque j’ouvre les yeux à nouveau j’ai l’impression d’avoir vécu un rêve profond. Petit débriefing sympathique. Une semaine après j’allais acheter mon billet d’avion, serein, pour 13 heures de vol, et enfin pouvoir voyager en ayant plus cette phobie au ventre. J’ai hâte d’y être !

Laurence, commerciale

Au fil des séances de PNL, j’avance et je surmonte plus efficacement mes problèmes. Je prends confiance en moi grâce aux différentes techniques que j’apprends avec ma coach : la reformulation, le recadrage, le fait de savoir relativiser une parole ou un évènement, au lieu de tout prendre en direct. Ainsi, je me sens plus libérée car j’apprends à dominer mes problèmes.

J’apprécie aussi les séances d’hypnose ericksonienne, qui me permettent de lâcher prise, j’écoute ma coach qui m’aide à visualiser des images qui me correspondent et qui me font réagir pour aller beaucoup mieux.

Je me sens mieux avec moi-même, j’ai retrouvé plein d’envies tant au niveau personnel que professionnel.

Zéra, auteur, compositeur

Je l’ai fait deux fois. J’ai trouvé les coordonnées de la première personne par internet et de la deuxième par ma voisine. J’y suis allée car ça ne marchait pas dans mon couple, et nous avions failli nous séparer, mais je ne voulais pas au fond me séparer. La première fois c’était avec une personne qui n’était pas compétente, à mon goût. Elle était trop technique. Je ne la sentais pas vraiment. Sa voix m’a beaucoup dérangé, elle n’était pas rassurante. Je sentais qu’elle avait la bouche sèche. Elle était très gentille, mais j’avais l’impression qu’elle jugeait. Elle me disait que si mon compagnon avec qui on avait des accrocs verbaux, était violent, je pouvais contacter la police. Et on en était pas là, lui et moi. Six mois après je suis allé en voir une autre, Myriam Roure. Avec le deuxième « psychologist », c’est comme ça qu’on dit aux États-Unis, je me sentais pourtant en confiance. Beaucoup de sérénité se dégageait d’elle.

Je me souviens que pendant mon enfance en Tunisie, un oncle d’amis était abusif, et j’en avais subi les conséquences. Un de ces amis, s’appelait, appelons pour des raisons de confidentialité, « X ». Mon mari s’appelle « X » aussi, et à chaque fois que j’entendais ce nom, ça me ramenait à l’abuseur.
L’hypnose m’a aidé a annulé cette corrélation entre le prénom de mon mari et celui de cet homme abusif.

Je me souviens de m’être mise à l’aise, j’ai commencé par faire le vide autour de moi, puis j’ai imaginé un endroit où je me sentirais en sécurité ex. une forêt. Myriam me guidait pour avancer, avancer, et rentrer au plus profond de la forêt. A un moment il y a un chemin à droite, je prends ce chemin et je continue d’avancer dans la forêt, j’arrive à une cascade qui devient une marre. Le thérapeute m’a demandé ce que je voyais. Je ne voyais rien. Elle m’a demandé s’il y avait un bruit ou quelqu’un à mes cotés. Et à ce moment là j’ai vu un animal, c’était une panthère qui me guettait. Une personne, qui ressemblait au méchant magicien du Seigneur des Anneaux était là aussi. Je n’avais pas tellement peur du méchant magicien car je savais, je sentais que la panthère était là pour me protéger. C’était comme un sentiment de sécurité qui en ressortait. Sentiment que j’ai avec mon mari, que j’ai récupéré. Avec le temps on s’est retrouvé avec mon mari et c’est super alors qu’on était vraiment à un moment donné comme deux étrangers l’un pour l’autre.
Je vais refaire des séances pour combattre un certain malaise. J’ai des tics, et notamment depuis que je suis toute petite je me mange le doigt et il faut que j’arrête de le faire !

Grégoire

Vous m’avez fait prendre conscience que la première chose à faire était de me donner à moi-même, tous les moyens pour me recentrer, me retrouver. Ma 1ère réflexion toute personnelle concerne la psychanalyse : « La prise de conscience ne donne pas les clefs du changement ». Pour aller un peu plus loin, en empruntant une image de Ludwig Wittgenstein, j’ajouterais: « La prise de conscience ne nous permet pas de sortir du piège de la bouteille à mouche ». En poursuivant ce fil, j’emprunterai cette fois-ci à l’Ecole de Palo Alto et à Paul Watzlawick (et un peu aussi à Chögyam Trungpa) : « Pour sortir du piège, il faut se décadrer d’un geste et voir la situation de l’extérieur, comme si nous étions déjà hors de la bouteille, et en vérité nous verrons que le piège n’a jamais existé, excepté en nous qui nous sommes crus prisonniers ».
Ce sont des thèmes que j’ai beaucoup étudié pour comprendre les mutations scientifiques (j’ai une formation en épistémologie) et j’en ai tiré beaucoup de profit dans l’action, c’est très certainement pour cette raison que l’on m’a confié la « sortie » de dossiers très mal engagés ou largement compromis par suite d’erreurs d’approche, cela nécessitait également parfois dans certaines missions d’affronter des gens à priori sûrs d’eux, voire très agressifs, se considérant comme en terrain conquis et de les arrêter par une attitude imprévue créant soudain du vide dans leur esprit ou mettant du sable mouvant sous leurs pieds. Il y a bien évidemment un côté manipulateur dans cette attitude.
Et si j’ai pu en constater et mesurer l’efficacité, j’ai profondément hésité à le faire dans ma vie privée, par rigidité morale peut-être mais aussi par volonté de ne pas m’avancer dans un comportement de manipulation. Aussi pour cloisonner hermétiquement vie professionnelle et vie privée… afin, qu’il reste dans cette dernière de l’air frais. La psychanalyse m’a fait comprendre que ma mère est une manipulatrice perverse, parce qu’elle ne sait pas exprimer et demander de l’amour autrement que par le chantage affectif, mais cela ne me donnait guère de clefs, excepté d’avoir claquer la porte, ce que j’ai fait.
Résultat : plus tard, je n’arrivais pas bien à recadrer ce que j’éprouvais dans la sphère intime ou seulement après beaucoup d’efforts, ou à contretemps. De même, mes lectures ne me donnaient pas les clefs non plus, car ce n’est pas la lecture qui permet de se décadrer émotionnellement; je ne le faisais que dans le Strum und Drang, batteries vidées. Vous m’avez apporté la pratique, Myriam, et la différence entre la manipulation et la diplomatie et courtoisie, et pour cela je vous en suis reconnaissant. Grâce à nos séances, rapidement, j’ai pu apprendre à mettre la juste et bonne distance avec l’autre, celle de l’altérité qui demeure néanmoins aimante et bienveillante, prendre du recul par rapport à mes émotions et différer mes actions, de manière à être moins impulsif. Merci. 

David, consultant

Plus que jamais, j’avais besoin d’une aide. Dans la presse et autour de moi des amis vantaient les mérites du coaching pour l’avoir déjà expérimenté. Je suis tombé sur le site de Myriam, coachplanet.net qui proposait des soins thérapeutiques ainsi que du coaching aux particuliers, et aux entreprises. Son accueil au téléphone s’avéra chaleureux et communicatif. Nous avons convenu d’un rendez-vous sur le coup de midi à son cabinet de Levallois.
Nous avons beaucoup parlé, et le contexte semblait idéal pour dire naturellement des choses relatives à mon quotidien, mes habitudes et mon rythme de vie que je souhaitais améliorer. Myriam sut très vite me mettre à l’aise, son tempérament est un cocktail d’équilibre, d’enthousiasme, de chaleur et d’intelligence. Elle ne juge pas. Elle se met au diapason de vos émotions et de vos blessures. Son expertise vous met en confiance. Elle plonge au cour de vos souffrances et les retourne comme un gant pour en faire des forces ainsi que des qualités. Son accompagnement est sans faille. Son soutien psychologique est précieux. Dans une société comme la nôtre où l’individualisme froid a mangé tout ce qui pouvait rester de bienveillant, il est bon de pouvoir compter sur le dévouement et la compréhension fine d’une personne aussi active et aux facultés transformatrices évidentes. Si un ange gardien existe à Levallois, Myriam est son nom. Non pas qu’elle soit une fée et que vous n’ayez plus rien à faire, loin de là. Seul le patient que vous êtes est l’artisan de son propre bonheur. Mais il lui faut trouver le bon outil. Et Myriam est l’instrument qui s’adapte si je puis dire, elle vous bichonne et elle vous accompagne vers le succès avec une rigueur incomparable. 

Paul, fonctionnaire

Avant, j’avais peur :
Que l’on s’approche de moi, encore pire lorsque j’imaginais que l’on allait me faire la bise,
de manger à table avec plusieurs personnes,
d’être entourée de personnes, de la foule (sensation d’être bloquée, prisonnière),
de rougir (j’imaginais constamment que parler ou entrer en relation avec quelqu’un aller me faire rougir),
que l’on voit mes émotions, mes peurs (transpiration, rougissement, tremblements),
que l’on me regarde, je me disais :  » pourquoi il me regarde, j’ai un truc de travers ? « (si on me regardait c’était forcément parce que j’avais quelque chose de négatif),
que l’on me trouve belle, désirable,
de décevoir, si bien que je faisais plaisir aux autres et non à moi. Par exemple, j’acceptais de faire des choses… voire avoir des rapports sexuels avec des mecs pour ne pas les décevoir, pour être aimée,
de parler face à des personnes, voire me taire en cas de désaccord, car impossible pour moi de m’affirmer face à des points de vue différents,
que quelqu’un arrive dans la pièce où je me trouvais (je guettais la porte ou le moindre bruit, chez moi ou au travail),
de m’engager dans la réalisation de travaux ou autres, car je ne me sentais pas capable,
de passer à la caisse, car je me sentais observée,
d’aller à des réunions de parents d’élèves, formations et autres lieux où je me retrouvais face à des gens dans un endroit fermé,
d’aller à un stand, demander un renseignement surtout à un mec,
j’adoptais une phrase automatique qui était la suivante :  » oh non  » (angoisse ++++, rougissement, transpiration donc honte, repli voir fuite et éviction des situations potentiellement dangereuses pour moi ou que je considérais comme tel).

Maintenant, je peux :
recevoir un compliment,
accepter une remarque sur ma personne ou mon travail, voir mon comportement sans le vivre comme une critique, mais comme un moyen de m’améliorer,
décider de ce que je veux sans penser à faire plaisir à l’autre mais plutôt à moi,
vivre une situation, un événement sans anticipation anxieuse, il reste néanmoins quelques appréhensions face aux hommes ou à un auditoire,
me concentrer sur une action, un fait, sans écouter ma voix intérieure qui me détournait du moment présent,
manger, autour d’une table avec d’autres personnes sans me sentir  » observée  »
sans angoisse (ou peu), demander un renseignement à mes collègues, accepter de nouvelles tâches, même si je ne sais pas, car je pense autrement, je me dis :  » je veux apprendre et je ne suis pas obligée de tout connaitre « , ou je ne pense à rien et me fais confiance,
entreprendre des travaux, des nouvelles tâches car je me fais confiance et je crois en moi,
recevoir l’amour des autres ou toutes autres manifestations d’affection, je découvre que cela est agréable,
refouler mes ruminations, mes ratés ou les phrases du style :  » j’aurais dû  » en me remémorant ce qui s’est bien passé,
ressentir la joie, le bien-être, la satisfaction, le bonheur d’être  » remplie  » à part entière,
m’asseoir dans le train, n’importe où, sans chercher à me cacher dans un endroit où je me sentirais  » en sécurité « ,
appeler ma mère sans colère, rancœur, et lui dire que je l’aime. 

Sophie, adolescente en manque de concentration et d’engouement scolaire, baisse des notes.

« Notre adolescente de 13 ans manque de confiance en elle. Nous sommes exigeants, sûrement trop au regard de ce qu’elle vit en ce début de période de révolte. Myriam l’aide à se considérer plus forte, moins émotive et lui a permis de dominer les angoisses qui la tenaillent régulièrement. C’est un travail de longue haleine, exercé avec doigté, minutie par Mlle Roure que je remercie sincèrement. » 

Jean Jacques, chef d’entreprise

« Je dirige une grande entreprise. J’avais le sentiment d’être vigilant et de respecter scrupuleusement la règlementation. Mon attention a toujours été tournée vers l’action et la réussite de l’entreprise. Par dénonciation, je suis entré dans la « machine » judiciaire : garde à vue, mise en examen… une attente de 13 ans. Cette affaire ressurgie par une convocation en correctionnelle ! Malgré un soutien indéfectible de mon épouse, je sombre dans une angoisse lourde, je me sens seul et mesure les conséquences d’une condamnation sur un avenir inachevé. Myriam a su me donner les moyens d’affronter et de préparer cette épreuve, violente psychologiquement. Nous avons travaillé l’ensemble des éléments : l’approche de l’autre, les postures physiques, les mots qui pourraient porté en ma défaveur ou en ma faveur. Myriam m’a permis de vivre en confiance et sérénité cette période sombre, m’a fait progressé dans le management et la compréhension de l’environnement humain. Je dois vous dire que j’ai été relaxé. 

Pascal, chef de projet

Je me suis tourné vers un coach pour devenir plus efficace et autonome dans la gestion de ma vie. Plus précisément, j’avais pour objectif une reconversion professionnelle, la gestion de mon temps, l’amélioration de la qualité de mes relations avec mon entourage, la connaissance de moi-même, de mes points forts, de mes aspirations, et un dernier objectif, avancer dans mes relations sentimentales.

Lors de la première séance, j’ai perçu Myriam Roure comme une personne dynamique et vive. Elle portait une tenue vestimentaire assez moderne. Elle a fait preuve d’aisance et d’assurance dans sa pratique. Comme elle est coach et psychothérapeute, j’ai trouvé que la conversion était bien dirigée vers un but d’efficacité et de rapidité, ce que je recherchais. Le cabinet bien organisé et agréable est un plus, car je m’y sentais bien.

Elle m’a d’abord demandé quel était mon objectif. Il fallait que je le définisse en termes précis, concrets, et positifs. Par la suite, elle m’a invité à m’allonger et à fixer un point, et m’a guidé d’une voix calme vers un état de relaxation. J’ai ressenti une détente, à la fois de mon esprit et de mon corps. J’ai eu le sentiment d’être exclusivement attentif aux perceptions émanant de mon corps, tout en parfaitement conscient. La coach m’a alors proposé d’imaginer un personnage vivant une situation en rapport avec l’objectif que nous avions fixé. Je percevais cette scène, qui m’apportait des émotions agréables, avec beaucoup de sérénité et de plaisir. Si un sentiment désagréable survenait, Myriam m’invitait à faire un retour en arrière en imaginant que je visionnais un film sur un écran et que je pouvais actionner le bouton « retour en arrière » du magnétoscope pour modifier le souvenir et le rendre agréable à ma convenance.
Elle demandait de signifier par un geste du doigt si cette scène me convenait. Une fois le film terminé, elle m’a demandé d’imaginer que je me fondais dans l’écran de projection et que le personnage que j’avais vu était moi-même. Enfin, elle m’a amené à prendre progressivement conscience de mon environnement extérieur (les bruits et les objets de la salle, ma position). J’ai ouvert les yeux, je me sentais dans le même état que si je m’étais assoupi, comme un petit peu endormi, et je continuais d’éprouver la sérénité que j’avais ressentie pendant la séance. Je me souvenais de tout ce qui s’était déroulé et j’étais resté parfaitement maître de mes pensées.
Les séances d’hypnose ont progressivement changé mon mode de pensée. J’ai appris à me concentrer davantage sur des objectifs, la situation présente et l’avenir plutôt que sur les problèmes et le passé. J’ai aussi appris à être plus positif et confiant. Le travail de coaching avec la PNL associé à l’hypnose a changé ma manière d’agir dans la vie courante dans le sens où j’avance naturellement avec plus de facilité. L’hypnose a débloqué des mécanismes de blocages sans que j’aie eu à me forcer pour y parvenir.

Selon moi, c’est une démarche où l’on avance d’autant plus efficacement que l’on a défini un objectif précis. En effet, tout le travail de coaching est rentabilisé par la volonté d’atteindre ses objectifs, et Mlle Roure me faisait souvent avant les séances un rappel de ma détermination d’objectifs. 

Bénédicte, infirmière

Je vous perçois comme une personne douce et bienveillante. Votre approche est explicite en fonction avec des objectifs que je vous ai définis. Parfois, les mots sont futiles et dépourvus de sens pour exprimer le ressenti d’un arc-en-ciel d’émotions, ce qui est important c’est d’expérimenter, d’explorer et de découvrir son fonctionnement, sa personnalité ou sa nature profonde, grâce à un voyage intérieur et pour y parvenir, différentes techniques, aussi bien sur le mental que sur le corps, sont proposées. Les séances sont comme des couleurs peintes et des essences recueillies qui ont pour finalité d’harmoniser le corps et l’esprit dans son unité et sa quintessence la plus complète.
J’ai beaucoup apprécié les séances de thérapie. Les changements sont certainement présents. J’ai l’impression que ma peau est un tableau noir sur lequel il y aurait eu les stigmates de la perversion et vos mains les ont effacés d’un simple geste comme une éponge imbibée d’eau qui dilue la craie sur le tableau, et à la place, j’ai dessiné avec des pastels de couleurs, des fleurs, quelques arbres et des papillons. Depuis, je me sens mieux, vivante et plus harmonisée avec moi-même.
J’ai une certitude : je suis faite pour quelque chose de précis et cela diffère de mon poste actuel. C’est important pour moi de déterminer mon fonctionnement inconscient et j’actionnerai tout ce qu’il est nécessaire pour me réaliser. 

Pauline, boulangère

Avant d’être coachée par Myriam, j’ignorais le potentiel que l’hypnose pourrait avoir sur notre mental.
J’ai expérimenté une première séance d’hypnose en cabinet qui a eu des effets immédiats : j’étais complètement relaxée, détendue, et je m’apercevais que les problèmes que je vivais n’étaient pas insurmontables, mais que j’avais uniquement besoin de lâcher prise, de me centrer pour pouvoir réfléchir d’une manière saine et trouver des solutions.
J’ai ensuite acheté deux de ses CDs que j’écoute régulièrement le soir avant de me coucher, notamment quand le stress du travail m’accable; la musique douce, en alternance avec des tonalités fermes, le texte bien choisi avec sa voix reposante, créent une ambiance propice pour influencer notre subconscient avec des idées positives, en permettant d’avouer nos peurs, de nous accepter tels que nous sommes, de ne pas craindre les avis de notre entourage.
Après avoir écouté le CD (cela ne prend que 30 minutes), j’ai un sommeil très reposant et le matin en allant au travail, je suis zen et sûre de moi. 

Franck, financier

Ma sœur avait consulté Mme Roure pour cesser de fumer, et donc elle m’a fait écouter le CD qu’elle-même écoutait entre les séances, et comme ca a marché sur elle, j’ai essayé. Effet immédiat ! Bien que peu convaincu des effets de l’hypnose (et encore moins par la simple écoute d’un CD… !) la première écoute fut la bonne. J’ai immédiatement ressenti le besoin de prendre le dessus sur mon envie de fumer. Je m’offre une écoute de temps en temps : ma consommation de cigarettes a diminué et je suis persuadé que l’arrêt définitif est proche.